Pages

dimanche 4 février 2007

Le jour où la neige n'est pas tombée


Tirez Sur Le Pianiste est un film auquel je suis très attachée.
Ce film noir de François Truffaut réalisé en 1960, raconte l'histoire de Charlie Kholer (interprété par Charles Aznavour, tout en fragilité et en noirceur), un pianiste de bar mutique qui va se retrouver entrainé, malgré lui, dans un règlement de comptes entre gangsters. Parallèlement, et parce que dans les films, tout arrive toujours en même temps, Charlie tombera amoureux de Léna, la serveuse gouailleuse du bar où ils travaillent ensemble. Celle-ci le mettra alors face à lui-même : son passé de pianiste classique virtuose et reconnu, son mariage à la fin tragique, et son futur, semblant enfin s'éclaircir jusqu'au dénouement final.

C'est le second long métrage de François Truffaut après Les 400 Coups. Truffaut voulait aller, avec ce film, là où personne ne l'attendait (y compris lui-même) en réalisant un film de genre, un film noir, un film de gangsters. Il souhaitait rendre hommage aux films américains qu'il avait tant aimés.
Mais il ne réalise pas pour autant un film"à l'américaine". L'ambiance de film noir ne semble être qu'un prétexte pour évoquer les thèmes déjà chers à Truffaut.

Il est le cinéaste du quotidien, il mèle sans cesse les grands évènements dramatiques aux petits détails de la vie de tous les jours. C'est d'ailleurs dans les scènes presque anecdotiques entre Charlie et ses frères, sa femme, Léna ou le patron de bar, que l'on en apprend le plus sur son personnage, maladivement timide et complexé par son milieu social. Son costume de virtuose lui sera toujours trop grand, et c'est pour cette raison qu'il se sent à sa place dans ce petit bar enfumé où personne ne lui pose de question.

Pour Truffaut, "les femmes sont magiques". Marie Dubois, dans le rôle de Léna est rayonnante. Léna est le moteur de Charlie tout au long de ce film. Elle le pousse à refaire sa vie, à quitter ce bar miteux. Elle lui donnera la force de retrouver ses frères pour les épauler lors d'une fusillade dans la neige à la fin tragique. Sans les femmes les personnages de Truffaut ne sont plus rien. Sans Léna, Charlie retournera jouer du piano dans son vieux bar.

Tirez Sur Le Pianiste c'est aussi la musique de Georges Delerue dont c'est la première collaboration avec Truffaut.
Le film commence par un très gros plan sur les marteaux animés d'un piano. Et le morceau entêtant de Delerue se fait entendre immédiatement. Charlie reprendra ce même morceau, en donnant quelques variations plus légères ou dramatiques, tout au long du film. C'est peut-être, selon moi, le seul film de Truffaut où la musique est indissociable de l'histoire, elle est un personnage à part entière.


Georges Delerue - Charlie

Et parce que Truffaut aime naviguer entre les genres, il ajoute à ce film, pourtant noir et tragique, quelques instants de grâce et de respiration avec (entre autres) cette scène -sous-titrée dans la version originelle- avec Boby Lapointe.


Tirez Sur Le Pianiste - Boby Lapointe - Framboise

8 commentaires:

azamleag a dit…

Très belle chronique sur ce film culte .
je rajoute juste que le livre est aussi très très bon .

Jen a dit…

Merci.
J'avoue que je n'ai pas lu le livre, mais je sais que Truffaut était un grand fan de Goodis...

coolbeans a dit…

J'avais un truc super interessant à dire sur ce film et sur Truffaut en général mais comme j'essaye de me calmer sur les coms que je laisse à droite à gauche, souvent pour ne rien dire, vous ne saurez pas de quoi il s'agit.

Jen a dit…

C'était vraiment très interessant...

Merci Coolbeans.

Erwan a dit…

Merci Jen! Joli chronique d'un super film, qui me donne (presque) envie de plus bouder ;)

Jen a dit…

Parce que tu boudais encore ?
Allez un petit Kouign Aman et ça repart !

emilie a dit…

Je ne connaissais pas ton côté cinéphile... Chronique très intéressante... :)

Jen a dit…

La vie est pleine de surprises ! ;-)