Pages

jeudi 8 février 2007

Le jour où le soleil paraît #3


Le vent souffle aujoud'hui. j'en profite pour laisser s'envoler mes idées noires de ces derniers temps.
Les nuages passent, le ciel s'éclaircit et le soleil montre le bout de son nez.

C'est l'occasion idéale pour écouter The Tellers.
Ils ont sorti leur EP en juillet dernier. Sept chansons pop souriantes qui s'enchainent tranquillement. Je les écouterais bien au fond du jardin dans un hamac s'il ne faisait pas un peu froid ces temps-ci.
Mais leurs chansons on beau paraître joyeuses, leurs textes sont parfois assez sombres, notament dans This World, voire grinçantes dans More.

Ils me rappellent un peu Toy Fight dans leur apparente légèreté et cette même impression d'entendre quelqu'un qui chante le sourire aux lèvres.

The Tellers seront en concert au Point Ephémère le 28 mars prochain, en compagnie de Cocoon, cela promet une soirée tout en douceur.


The Tellers - Jacknife


The Tellers - Girls Of Russia

D'autres morceaux en écoute sur leur MySpace.

5 commentaires:

indieboytraqueur a dit…

ça se sentait que tu avais des idées noires ces derniers jours, + de commentaires chez Coolbeans et moins de régularité dans tes posts. J'ai hésité à aller voir Cocoon au Festival des Inaperçus Mardi et puis non, je me réserve sans doute pour le Point Ephemere. Je connais pas du tout les Tellers...@ +. Les nuages passent.

Jen a dit…

Et bien sache que les Tellers gagnent vraiment à être connus !

Pour le Point Ephémère, il me semble qu'il reste des places alors profites-en !

Kadi a dit…

Waouh! ça fait agréablement penser à du jazz manouche!! J'aime beaucoup, ça promet en effet une bonne soirée en douceur...

Si seulement je pouvais me libérer pour le 28 mars, ce serait génial (en plus, Cocoon, c'est pas trop mal non plus).

Pass a dit…

Les connait pas... je Pass'ais faire un coucou en nuit d'insomnie... Coucou ! (pfff les blagues d'insomniaque c'est nase !)

Jen a dit…

Kadi : Cocoon, ce n'est pas "pas trop mal" c'est formidable !!! ;-)

Pass : j'adore tes blagues d'insomniaque, ça me fait plaisir de te revoir dans le coin d'ailleurs.