Pages

jeudi 19 octobre 2006

Des étoiles plein les yeux

Raaaaaah lovely !

Hier soir The Divine Comedy était en concert à L'Aéronef de Lille.
De longues années que je ne les avais pas vus en concert. D'encore plus longues années que je suis une inconditionnelle... voire une fan midinettisante !
C'est dire comme j'attendais ce rendez-vous ! Et je n'ai pas été décue. Décidément les salles à dimension humaine leur vont particulèrement bien.

Après une première partie de Duke Special qui m'a laissée perplexe, les cinq musiciens sont arrivés sur scène, et Neil Hannon a fait son entrée avec une improbable paire de lunettes de soleil sur le nez.
La salle est un peu molle et Neil & Co semblent avoir du mal à trouver leurs marques. Mais au bout d'une petite demie heure, la magie opère : When The Lights Go Out All Over Europe me replonge immédiatement dix ans en arrière, époque où j'ai découvert The Divine Comedy. Il n'y a plus qu'eux sur scène, et moi. Et là tout s'enchaîne merveilleusement. Ils piochent à travers tout leur répertoire (et pas seulement Victory For The Comic Muse), alternant les morceaux connus et ceux plus confidentiels, les ballades pleines d'émotion et les morceaux pop enthousiasmants. Neil partage avec le public, nous parle en buvant sa guiness, joue de ses sourires enjôleurs, nous promet un strip tease (qui n'aura pas lieu) pour finalement avouer qu'il est un grand timide !
Mais il n'est pas seul sur scène, et il nous le rapelle avec Threesome, morceau de piano à quatre mains... puis six. Un joli moment de légereté.
Puis la grandiloquence reprend le dessus avec The Plough. The Divine Comedy n'a pas son pareil pour raconter des histoires (... même si l'on ne comprend pas toujours les paroles !). J'ai vécu une grande aventure épique avec cette chanson !
Becoming More Like Alfie, Tonight We Fly, Our Mutual Friend... chaque chanson fut un moment particulier, de velours, de puissance et d'humour.

Le set se termine. Rappels (forcément).
The Divine Comedy termine en feu d'artifice avec National Express, et la salle qui s'est enfin réveillée, chante à tue-tête sur le refrain.

Le concert fut un peu court, certes. La salle un peu timide, mais peu importe, je ne regrette pas les 5 heures de route aller-retour, mes pieds en compote d'avoir trop dansé, ma voix cassée d'avoir trop chanté, et ma tête dans un étau d'être trop fatiguée !



Threesome


The Plough