Pages

lundi 27 novembre 2006

De la reprise ou du raccomodage ?


Je ne pouvais pas ne pas en parler. Et pourtant, d'emblée, cet album ne m'interressait pas. Love des Beatles : une énième ressucée de leur répertoire ? Un plan marketing bien rodé ? George Martin (à l'origine de ce projet) s'ennuyait-il, ou avait-il des fins de mois difficiles ? Et puis finalement on m'a conseillé de l'écouter, et devant l'insistance de ma famille, j'ai cédé (que je suis influençable !).
Je l'ai écouté. En boucle. Toute la journée. Et j'ai d'abord été heureusement surprise.

Passée la première impression où l'on croit entendre deux chansons superposées (l'une dans l'oreille gauche, l'autre dans l'oreille droite), on finit par trouver ses marques.
Tous les ingrédients de la légende sont là : beaucoup de chansons, connues et moins connues, mélangées les unes aux autres sans soucis de chronologie, des cris de fans en furie, et même une chanson passée à l'envers (mais dans laquelle je n'ai pas entendu "Paul is dead"), Gnik Nus. A priori des idées assez plaisantes. Il y a même de belles réussites comme Being For The Benefit Of Mr. Kite / I Want You (She's So Heavy) / Helter Skelter, ou Lady Madonna (se terminant sur Hey Bulldog) dont les enchaînements sont très réussis.
Mais les orchestrations rajoutant de la réverbération dans les voix et mettant en avant les cordes sont parfois un peu lourdes (incorrigible George Martin !). Et surtout, sur vingt-six titres, on a un peu l'impression de tourner en rond... ou plutôt d'un immense zapping -quoique savament organisé, il faut bien l'admettre- à travers la discographie des Beatles.
Alors, j'ai pris un certain plaisir à écouter ce disque, certes, mais surtout parce que ces morceaux, je les aimais déjà, originaux, dans leurs albums.

Me voilà donc avec un avis mi-figue mi-raisin, face à un disque honorable, mais qui me donne surtout envie de crier :

LES BEATLES N'EXISTENT PLUS !


Gnik Nus


Being For The Benefit Of Mr. Kite / I Want You (She's So Heavy) / Helter Skelter

13 commentaires:

Orouni a dit…

J'ai également été agréablement surpris.

Jen a dit…

Et après quelques temps, toujours aussi emballé ?

Anonyme a dit…

J'ai juste écouté 4/5 titres et je suis loin d'être emballé.En plus ça sent trop le gros coup marketing pour Noël,non?

Jen a dit…

Oui, bien sûr, le vrai interêt de ce disque, je crois, ce sont les versions originales...

The Civil Servant a dit…

Donc autant ne pas l'acheter et retrouver là où elles se trouvent les versions originales.
N'est-il point dear Jen ?

The Civil Servant a dit…

Ah et au fait le jeu du kaleidoscope c'est plus le lundi ?

Jen a dit…

Civil Servant : Tu as tout compris ! replongez vous dans ces bons vieux albums !
Le jeu du kaleidoscope ca a été le lundi puis le mardi, et je pense que cette semaine il n'y en aura point. Une fois par semaine c'est peut etre un peu trop... La semaine prochaine sans doute ! Et ton prochain blind test ?

Anonyme a dit…

le lundi,puis le mardi,puis pas cette semaine:c'est un nouveau jeu ça?faut deviner le prochain jour du prochain jeu?sapristi,c'est encore plus dur que le jeu du kaléidoscope...

Jen a dit…

Anonyme : Saperlipopette ! C'est juste qu'il faut que je mette les choses en place... Mais si vous voulez deviner le jour, allez y !

The Civil Servant a dit…

Mon prochain BT est pour bientôt c'est promis.

Kadi a dit…

Love des Beatles est la daube du siècle! Je ne vois pas l'intérêt de cette chose si ce n'est le plan marketing.
ils ont massacré Hey Jude sur la fin et ça c'est impardonnable, sacrilège! (c'est la fan des beatles outrée qui parle)
et puis j'ai toujours détesté les medleys...

Anonyme a dit…

Je trouve Love brouillon, remixé, bon pour les boîtes de nuit, bientôt il deviendra fashion de porter des chaussures à bout pointu et de faire genre "je connais bien les Beatles" en ne connaissant que Love. Dommage, plaisant ce disque, mais franchement tu l'as dit toi même Jen, c'est comme du zapping.

Jen a dit…

Kadi et Cécile : c'est tout bête, ce disque ENERVE pour toutes les raisons que vous avez citées, et surement d'autres encore.